Après un, il y a deux..ième chance

Happy morning vous!

J’écris ce deuxième article en ce doux matin (27°C) car je pense qu’après cette journée j’aurais trop de chose à faire sortir de ma pauvre tête, cognée à coup de clim/chaleur intense. Mon cerveau est soit congelé soit bouillant, comment vous voulez réfléchir avec ça ? 

Bien, je ne sais pas trop par quoi commencer. Je suppose par le début de la semaine dernière. Je vous préviens, je ne sais pas moi même si ça a été une bonne semaine, il y a eu des hauts des très bas, mais surtout des aventures… au final donc je conclue déjà que c’est merveilleux. (#bipolarité)

Dimanche soir, nous avons donc tous nos yeux et nos oreilles grands ouverts sur la radio, et nos téléphones car dans la mer se préparait un beau cyclone. Quelque chose de rare, d’inattendue, d’excitant parce que naturel. J’entends tout le monde parler de « Yasi » il y a 6 ans qui avait fait des ravages ici à Townsville et de « Debbie » le nouveau cyclone de 2017. Alors pourquoi des prénoms? Pas d’explication, c’est juste moins impressionnant en humanisant la chose, tout de suite on pense pouvoir le contrôler, sauf que tout le monde sait que c’est incontrôlable. Ce qui, pour les scientifiques, les fous, les curieux et les chercheurs d’adrénalines est un spectacle géant parce qu’on veut ressentir la terre trembler, crier tout ce qu’elle a et se sentir tout petit dans l’immensité. Ce qui, pour les trouillards, les quotidionistes comme je les appelle, est un chamboulement terrible. Donc j’ai vu de mes propres yeux, des gens fuirent leur maison, évacuer ou se barricader en laissant des sacs de sable dans leur voiture, devant le porche… C’était bien drôle. Debbie devait arriver sur Townsville Dimanche soir ou Lundi matin, puis ça a repoussé car le cyclone était bien dans la mer, il grossissait. Le gouvernement Australien annonce que Lundi il n’y avait pas école, que l’université était fermée et qu’il fallait être prudent.

Ça c’est la théorie. En pratique bien sur moi je suis désolé mais je ne suis pas venue en Australie pour me terrer dans une maison! En conséquence, Dimanche matin -c’était pas dangereux il y avait juste du vent- j’ai fait ma petite balade.. Les animaux n’avaient pas l’air paniqué alors moi non plus. Lundi toujours rien, journée normale même si un peu grisâtre. Le cyclone s’était déplacé et on était plus vraiment touché… quelle déception. Donc je suis allée à la rivière me baigner, c’était génial. Il n’y avait personne sur les routes, l’eau était à environ 25°C, des petites freshwater turtles sortaient leur petites têtes curieuses et les grandes chauves souris faisaient leur show au couché du soleil. Magique. Tu n’as pas froid en sortant de l’eau, même si il commence à avoir un bon vent, chaud lui aussi. Je ne me suis pas souvent sentie aussi bien. Mardi, encore tout de fermé par précaution. Mon stage encore repoussé, je commençais à me dire que le sort ne voulais pas que je travaille, non mais! Pour être honnête je ne sais plus ce que j’ai fait Mardi, j’ai un trou noir ça craint… Je pense que j’ai du travailler quand même.

Enfin, mercredi, la vie recommence. Le cyclone a touché plus au Nord et a fait quelques ravages, une petite pensée à ceux qui ont été touché (pff la chance). Donc je me rend à l’université et rencontre enfin ma maître de stage, super gentille. La suite est logique, on parle etc. MAIS attention : Aurore stressée, parce que ça fait tout de même 5 mois que je parlais par mail à cette madame sans l’avoir rencontré. Résultat : mon anglais redevient celui d’une gamine de 5 ans je dirais. La catastrophe.. Anyway les choses avancent, je suis maintenant autorisée à capturer et torturer si je veux mes lézards (oui parce qu’ici si tu n’as pas le permis pour relâcher bah tu te charges de les tuer après les expériences, je suis.. outrée et si le gouvernement voit ça, vous êtes des imbéciles fini). Je vous met en bonus dans la galerie le lézard qu’on a surpris Jeudi matin, c’est très rare de le voir j’étais trop contente!!!

Je vous fait aussi vite fait le petit épisode du vélo crevé 2nd round : Jeudi matin normal je prend mon vélo, parce qu’ici le bus est cher et que c’est plus sympa à vélo. Sauf que la roue avant -oui la roue arrière avait déjà crevée- cette fois était à plat. Donc bon j’avais pas le temps de regarder ça, je pars en bus. Le lendemain je me penche dessus, en effet un gros trou dans la chambre à air. Pas de panique, la colloque a des patch, sauf qu’ils sont vieux donc deux fois ça ne marche pas. Je repars donc en bus, re-les-boules bonjour. Sauf qu’après avoir cherché partout des chambres à air dans les grandes surfaces qui soit pile la bonne taille, ton copain te dis de France en fin de journée que toute les chambres à air vont qu’importe la précision. Voilàààà, j’ai testé ce qu’on appelle l’arnaque des décalages horaires, tu perds vraiment en crédibilité dans ces moments là.

Je pourrais vous en faire des tartines de beurre de cacahuète, mais je sens que vous faiblissez à me lire. Ho si ! Ça y est les kangourous m’ont adopté, j’en vois maintenant tous les jours parce que je sais où ils se cachent les coquins. Ils font un sacré bruit quand ils bondissent ces choses, à 10m si vous ne l’entendait pas c’est vraiment qu’il vous faut un appareil. C’est toujours un choc d’émotions quand on croise leur regard farouche et curieux.

Aller l’humidité de m’aura pas, je tiens le coup pour vous!

Je vous souhaite un agréable week-end et de belles aventures à votre façon…

Avec amour, la Lizau.

20170325_192714
Vue prise de Castle Hill by night (Townsville lighting)
Publicités

2 réflexions au sujet de « Après un, il y a deux..ième chance »

  1. coucou mon petit lézard,
    Bon ben alors le cyclone a eu peur de toi,, je comprend que tu sois déçu mais pense à tous ces pauvres gens qui n’ont pas de maison de petit cochons prudents, ils ont dû remercier le ciel de les avoir épargné.
    En tous les cas tu es douée pour écrire et raconter on est dedans à chaque fois, je suis fière, mais en même temps la pomme ne tombe pas loin de l’arbre….merci à notre don de famille.
    si tu pouvais capter un regard de kangourou ça me ferait plaisir de l’admirer.,
    Les crevaison ça me connait, j’en ai eu deux cette semaine… faut être persévérant, un jour ça crève plus on sait pas pourquoi….
    on te fait plein de bisous et continue à nous faire rêver, en n’oublie pas quand t’es en bas qu’on est là avec toi
    bonne nuit
    ps : au fait même sans permis tu peux bien les relâcher quand même les pauvres lézard ?

    J'aime

    1. Merci maman! A mon avis celui ci est mon réussi enfin de toute manière c’est un article donc je ne me relis qu’une fois c’est pas l’affaire du siecle..
      Je vais essayer de les approcher plus près mais ils sont tout de même méfiants !
      Pour les lézards dans la théorie non…mais je ne suis qu’une touriste en vacances selon mon visa donc je peut faire quelques bêtises…
      Bisous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s