Galerie

Cap Nord, ou pas cap?

*** Ka lima ***

bonsoir en Bobo (c’est pas mignon?)

Je sais bien, je suis en retard pas besoin de râler hein! J’ai prit mon week-end « off » c’était l’occasion de faire une pause dans les expériences lézards et de rouler vers le Nord du Queensland. Mais avant de vous raconter mon long week-end bien chargé émotionnellement, je vais vous compter les nouvelles plus banales.

Mon dieu cela fait longtemps que je n’ai pas écrit en faite. Le week end dernier dernier donc, en ce Lundi férié, je me suis rendue au Parc National de « Cape Pallarenda » qui est une petite aire protégée en bout de plage. Lorsque vous vous rendez à Townsville en touriste, vous allez dans un premier temps sûrement tomber sur « The strand » qui se trouve le long de la petite ville où il y a bars, magasins and so one. Mais si vous vous écartez en longuant cette plage touristique, vous tomberz sur des grandes étendues libres. Il y a des espaces dédiés à la promenades des canins et pourquoi pas des equins (je n’en ai pas encore vu).

Et là, si vous marchez beaucoup, vous pourrez admirer le National Park en bord de plage, merveilleux…. Mais tout ça si… vous ne vous y rendez pas le seul jour de l’année où les « trails » sont fermés à cause d’un évènement de VTT à la noix de pécan! J’ai détesté tous les cyclistes de la terre, donc moi y compris car j’étais venue à vélo ahah l’ironie à pas entendre. Mais voilà ce que j’ai pu en apercevoir, en me contentant de faire le petit tour des seniors au lieu du gros trails des bonhommes.. L’avantage c’est que j’ai eu le temps de faire une sieste sous un cocotier après ça, pas trop moche non plus hey?

P1120491
Mes dires en images: Castle Hill à gauche avec sa ville et les plages seules jusqu’à moi! Il n’a pas un air de Risou comme ça ? En moins grand!

P1120494
L’air secrète des zamoureux

P1120498P1120500

P1120501
Yellow billed sunbird (Cinnyris jugularis) je suppose, en mauvaise qualité mais au moins vous vous rendez compte de son environnement global

Maintenant place au spectacle! Après avoir ravaler ma haine envers ce sport qui me sert tout de même tous les jours, je suis partie ce week-end découvrir un autre type de parc naturel : L’île d’Hinchinbrook.

 

Ce n’est pour le coup pas touristique du tout cas très sauvage. C’était donc la première fois que je m’éloignais de mon bon lit confortable à Gulliver pour me diriger verdurement dans la dense nature du Nord Queenslandais. Très bonne glace pour commencer le voyage, dans un endroit plus que touristique pour le coup : « Frosty Mango », doté d’une grosse figure de mangue à l’entrée on on peut se prendre en photo (ça ressemble réellement à une patate mais bon c’est difficile de rendre humain un légume ou un fruit c’est ma conclusion). Je vous passe les détails de la suite jusqu’à l’île, même si c’est un peu triste car j’ai fait ma première nostalgie. Le fait de se retrouver dans une maison familiale, ça m’a fait penser à la France. C’est bizarre comme ces moments arrivent réellement quand on ne les attend pas. Passons les amis, passons.

Dimanche matin, on se réveille, on mange un bon « sausage roll » et on est parti! Ahah non non désolé, pour la française ça sera biscuit type oréo et fruits parce que la sauscisse ni le matin ni jamais ne passe, mais je ne plésante pas ils ont réellement mangé ça.

La famille avait deux petits bateaux moteurs, il suffit dans de traverser de la côte à l’île, ce qui prend 15min environ. Lorsque vous êtes à ce niveau, l’eau ne sait plus sur quel pied dansé: salé, douce, salé, douce? Car c’est une sorte de delta donc l’eau n’est pas super propre. On rejoins une première plage, typiquement robinsonienne : des débris de bois, des rochers et 10m après la plage BAM! la forêt tropicale. Elle est partout celle là!

P1120572P1120564

P1120561

P1120550P1120542

Après avoir récupéré tout le monde, nous nous sommes rendus à l’intérieur de l’île via des petits passages étroits en bateau, qui laissait de plus en plus de place aux mangroves. L’on s’enfonçait dans la jungle tropicale. Pour atteindre les chutes (« Waterfalls, rainfalls »), très bien cachées, le seul moyen était d’entrer par un milieu ouvert c’est à dire dans la mangrove.

Vous êtes vous déjà vu obligé de marcher dans une mangrove? Je vous fait le dessin: de la boue bien molle, qui fait des bruits douteux quand vous y insérer de l’air, des crabes de partout et de toute les couleurs et des branchages qui s’entrechoc contre vos orteils si vous allez au mauvais endroit. Une fois la boue passée, les feuilles urticantes, possédant des pics externes et tout ça « à la bonne indigène » sans chaussures durant toute la journée ça fait les pieds et ça enlève le vernis ! Enfin, après nous avoir frayé un chemin dans la forêt humide, on se retrouve dans une creek (ça vous rappel rien comme schéma?).

De là c’est simple: Sauter de pierres en pierres, ramper, crapahuter, souffrez un peu, mouillez vous et vous apercevrez peut être les fameuses cascades à la fin ! Je vous assure que toute les pierres ne sont pas sans risque. Forcément on a eu droit au cliché : la française a eu du mal à suivre les Australiens-singes mais à fait de son mieux. Par contre deuxième cliché: l’Américaine a fait un sketch très amusant, à mi chemin elle était au bout de sa vie. C’était très très marrant je dois l’admettre même si je l’adore dans son rôle. Pour ma part, je dois réellement avoir un ange gardien ici parce que j’aurais pu mourir 100 fois ou au moins me casser un petit os, mais non, rien. Enfin, le plus cruel dans l’histoire je pense que c’est les espèces de petits insectes irrespectueux qui piquent sans que ça gratte les deux premiers jours: puis on découvre qu’on s’est fait avoir car ils ont piqués de partout et plus tu grattes plus tu en découvres. Je suis actuellement en train de me gratter en écrivant.

Vous vous imaginez bien que je n’ai pas abandonné et qu’au final je les ai vu ces cascades, et ça valait le coup, oh que oui!

De l’eau froide, pure que j’ai bu, avec des massages gratuits, des poissons argentés et une sensation d’être libre et tout petit.

20170507_10270720170507_10345620170507_11320020170507_144117P1120607P1120593

C’était une expérience que je n’oublierai jamais, merci aux personnes qui m’ont invité, accompagné et sauvé de la mort plusieurs fois! La petite française est impressionnée et en demande encore et encore!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s