Galerie

Eternal quest of the sun : Rainforest VS dry season

G’day mate !

Le temps est traître pour être poli. Après quatre mois australiens, j’ai dépassé depuis longtemps les 50% du chronomètre « voyage de rêve ». Je suis venue dans le but de découvrir ce qu’était l’étranger, le monde de l’autre côté. Toute les quêtes ont-elles une fin? Des questions plein la tête j’essaie toutefois de ne pas y penser! Je profite encore beaucoup grâce aux personnes si chers avec qui je les partage.

Le week-end dernier était sportif. Montée de castle hill en courant et randonnée pour la deuxième fois à Aligator Creek, vous vous souvenez?

Cette fois, nous avons prit un autre chemin, quitte à nous perdre dans les branches et à devoir mettre à l’épreuve nos peurs du vide. J’ai adoré encore une fois tester mes agilités de primate agile (ou pas). J’ai par la même occasion fait un don de sang assez important pour les femelles moustiques du coin, je crois qu’elles étaient contente.

P1120952
Intéressante structure créer par un arbre, sorte de gangraine de bois. La nature est une toison d’or
P1120956
Mt Elliot – environ 600m perdu dans les cailloux

Ce coin m’impressionnera toujours quoi qu’il arrive! Le soleil était là cette fois à peu près durant toute la balade! Nous avons pu nous baigner deux fois, sans trop de touriste puisque durant l »Hiver » personne ne veut se lancer, alors qu’elle est à la parfaite température.

J’en profite pour vous annoncer que mes expériences comportementales sur les scinques arc-en-ciel sont finis et que je les ai relâché avec la plus grande joie. C’était assez émouvant et j’ai eu un baume au coeur en repensant à mes débuts ici, dans ces creeks universitaires pleines de surprises.

P1120976
C’est vrai? Libre vous avez dit!
P1130006
Au revoir rorore ! On ne te remercie pas, our shot!

Maintenant place à la rédaction durant deux semaines avant les vacances! Je dois avouer que j’ai réellement hâte, même si se torturer la tête en essayant de se mettre dans la peau et l’esprit d’un lézard est finalement fun.

C’était donc mon dernier week-end de freedom, et ma coloquataire d’enfer m’a donc proposé de me montrer la région d’Hinchinbrook avec deux sites différents.

Le premier était la Tyto Wetland d’Ingham, une petite ville à environ 1h20 de Townsville direction Nord. Comme TWS est à la limite des tropiques secs, lorsque vous vous arrêter à Ingham, vous êtes aux début des tropiques humides et le contraste se vie: nous avons prit la pluie. Je me serais cru dans une prairie humide British, puisque c’était un espèce de crachotin désagréable. Passons, à cause de cela je n’ai pas de photos à vous montrer ce qui est assez dommage car j’ai pu coché :

– des colonies de Crimson finch (Neochmia phaeton) ou Diamant phaéton. Cet oiseau est endémique d’Australie, Indonésie et Papouasie NG. Il est classé Least Concern dans la liste rouge IUCN. Il est magnifique, j’ai pu les approchés de près ils se nourrissent dans les prairies sèches et les arbres près des plans d’eau. Entièrement couvert d’un rouge vif, il harpent un casque gris sur la tête et des petites touches de blanc sur le flanc des ailes. Un régale

– un groupe de 3 Royal spoonbills (Platalea regia) ou Spatule royale. Un de mes rêves depuis que j’ai découvert que ces oiseaux existaient. J’ai avait entraperçu un déjà plus au sud mais j’étais en voiture. Là j’ai pu les observer manger de très près (toujours sans appareil). Ils étaient trop marrant, et j’ai remarqué une teinte bleuté sur le bout de leur spatule (soient j’ai vu des individus drogués à la crevette pas fraîche soit c’est normale). Egalement LC sous liste rouge…

– Des Intermediate Egrets, White-faced heron, Cormoran/Darter, Jacana, des Hardhead dans l’eau (j’adore ce nom ahah c’est facile à retenir pour une fois Aythya australis) surement également des Black ducks, beaucoup de Forest kingfisher enfin de quoi plaire aux professionnels et les généralistes comme moi ! Nous avons eu le bonheur (car j’ai toujours une surprise après en avoir vu plus de 50 maintenant) de croiser la route d’un wallaby aux grandes oreilles curieux.

P1120999

Ensuite, après nous êtres réchauffé avec une glace parfum Rosella, tout sec nous sommes repartis pour un parc National cette fois: Paluma. La route est pour la première fois tortueuse, nous montons, montons et moi je pense à ma France en conduisant la petite voiture automatique de Mary (bien plus facile pour grimper qu’une manuelle).

Le premier stop : Little cristal creek, cascade et rayon de soleil aux rendez-vous. Nous enchaînons sur un barbecue royal: pavé de saumon et légumes grillés. Je suis aux anges. En Australie, dans les national parks mais aussi partout : la plage, les bords de route.. ils installent des barbecues libre service. Ce sont des plaques de métal qui chauffent pas des grilles ce qui est plus facile à nettoyer avant de partir. Je trouve le principe super friendly, et en faite après demande ces systèmes étaient avant payant mais après de nombreux volent d’argent dans la caisse ils se sont dit : vous avez gagné c’est gratuit!

P1130030P1130048

Paluma est le nom du parc mais la montagne est nommée le Mont Spec. Il culmine à environ 1000m ce qui est assez pour ressentir la fraîcheur des sous-bois sous le poids dense de cette forêt humide. Le contraste est très agréable. J’ai apprécié faire toutes les balades et points de vues proposés. C’était calme et reposant, on s’y sens en sécurité.

P1130057
Merci Mary 🙂 pour toute cette journée, pour être la meilleure des coloc ever

P1130063De là, nous avons pu rejoindre via le sentier de randonnée le petit village de Paluma: le plus mignon jusqu’ici visité. Avec environ 30 habitants, il faut travailler à son compte, être retraité ou bien être propriétaire d’une maison de vacance pour pouvoir rêver y passer plus d’une journée.P1130079

Il n’y a pas réellement de B&B pour le moment ce qui est dommage… On a terminée la journée magique par un coup d’éclat : un chocolat chaud dans « Ivy cottage ». Ca n’avait l’air de rien de loin, une petite auberge. Mais je vous promet que je ne m’attendais pas à ce que j’ai vu : Un RifleBird, oiseau de paradis danser pour sa belle au balcon même du cottage !!! Je n’y crois toujours pas. Deux rêves de zoologiste qui se réalise dans la même journée. Je pensais au départ que je commençais à halucier avec mes 3 heures de sommeil de la veille mais non: j’ai une preuve à l’appui (une vidéo que vous pourrez retrouver sur la page facebook Ivy Cottage bientôt).

C’était une vrai guerre dans la mangeoire, où les propriétaires avaient déposé de la confiture de tomate sucrée pour tout ces volatiles. Le paradis des oiseaux vraiment.

P1130096
Je cherche encore.. J’y suis presque
P1130103
Lophorina victoriae (Riflebird)
P1130109
Ivy cottage

Attendez, cette journée n’avait pas dit son dernier mot: tout sale tout fatigué mais tout fière, nous nous sommes rendu au Théâtre du campus pour la diffusion de « Chasing coral ». Un film qui décrit et explique ce que les barrières de corail sont en train de subir: le blanchissement qui est causé par le réchauffement climatique. C’est une crise, un déchirement, une prise de conscience. Après le film, vous aussi comme nous vous aurez envie de vous lever pour la Terre, pour notre Mer, pour cette beauté. Vous avez forcément 1h32, et je vous promet que vous n’allez pas le regretter, loin des documentaires où l’on s’endort avec le bruit des carpes.

Je vous dit à très bientôt, merci à Mathieu le photographe (le plus gentil que je connaisse) qui m’a conseillé ce site de retouche. Vous pouvez le suivre ici (tenez votre bouche elle va surement tomber)

Ainsi que chasseuse dévouée que je nommerais Brune rebelle (mais elle préfère freezephyr), sur le point de décrochée la médaille du rythme koaliens. Si vous voulez comprendre ce que je viens de dire en résumé, cliquez ici <———— ❤

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Eternal quest of the sun : Rainforest VS dry season »

    1. Je l’ai mise sur youtube en privé, mais je peux la mettre en public pour un petit moment bien sur 🙂 Je posterais le lien bientôt. Oui je me doutais de la famille ! Ce n’était pas bien compliqué au final : Yellow-spotted honeyeater (Meliphaga notata) ou le méliphage marqué 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s