Galerie

Long wait in the airport, bilan du voyage

Good moning word!

Avez-vous déjà attendu dans un aéroport? Je suppose que oui. Dans ce cas vous allez ressentir de la compatis pour moi, car vous avez bien sûr vécu l’envie de pisser quant on a trop de baguages pour pouvoir bouger de sa chaise en plastique raide sur laquelle on va élire domicile pour toute notre attente. On va presque être triste de la quitter à la fin, presque. C’est assez amusant de regarder tout le monde s’agiter à toute heures. La vie de tout un chacun est assez fascinant, car personne ne va avoir la même journée. Certain son dans leur train-train quotidien, dans ce cas là ils auront l’impression que leur journée sera la même qu’hier et que demain et qui vont devoir penser à leur prochaine vacances pour continuer. Mais le plus intéressant est que les trois quart des personnes ici sont en vacances ou en transit. On lit le stress sur leur visage, leur excitation, mais on lit principalement le regard perdu, celui de « je vais attendre que ça passe mais c’est long ».

Le temps est cruel, c’est mon pire ennemi. Il ne passe jamais à la vitesse que l’on veux.

Tout mon voyage en Australie est passée bien trop vite. Et j’ai besoin de l’écrire pour le réaliser en réalité. Même maintenant, mon corps est encore entrain d’encaisser le premier vol il y a 5 mois et demi, pour preuve, mon physique c’est mit en pause. Par contre mon gras lui a bien suivi le mouvement. Merci l’Australie pour les 2 kilos de plus, tout ça à cause de vos fruits exotiques et de vos légumes du soleil (ou pas… oups).

Je reviens donc d’un mois de  road trip avec mon copain, qui a été magique. Ok je ne vous mens pas que rester avec la même personne 24h/24 implique de dévoiler plus que ce que l’on voudrait, qu’il faut avec la patience d’un ange pour tout le temps s’entendre mais ça fait parti du voyage. Ça ne serait pas les mêmes souvenirs s’ils étaient tous doux et agréable non?

Nous avons longé la côte du Queensland, au Nord de Townsville jusqu’à Cooktown. Mais nous avons également eu la chance de rendre visite à un vrai fermier possédant une ferme de bétail gigantesque avec des vaches en liberté, un jeune anglais courageux travaillant dans la ville des cailloux, de la poussière et des vieilles caves historiques et tout un tas de choses inoubliables. Nous avons essayé d’éviter les français, car ils sont absolument partout, pour cause, nous étions en août, donc LE MOIS où la colonisation s’étale jusqu’en Australie oui oui!

J’ai vraiment hâte de pouvoir vous transmettre un bout de ce voyage grâce à mes nouvelles photos, merci la technologie de pouvoir nous offrir ce précieux souvenir, que l’on peux chérir et qui pour moi est un moyen de ne pas tout oublier dès le lendemain. Seulement je crois que le plus important n’est pas chaque petit moment d’un voyage, mais de garder un pressenti général, des séquences de films, même si elles sont déformées, flous et arrangées ou bien empirées.

Bien bien, j’ai tout de même envie d’écrire un autre bilan: celui du naturaliste! Vous allez penser: pas de photos ni de vidéos pas de preuve, mais à chaque fois que nous avons vu un animal ou un végétal incroyable, nous avons essayer d’en garder une trace !

De la rainforest, placé en word heritage area, aux plantes sensibles au touché, aux figuiers étrangleurs, aux mangroves version film d’horreur (avec en vedette un crocodile), je nommerais le fabuleux Casoar à casque (ou plus classe en anglais: The cassowary) aperçu à deux reprise traversant la route tranquillement. Une fois un individu seul, et la seconde fois, nous avons eu la chance de voir un papa avec son bébé ! Ce n’ai finalement pas une chose si rare dans le nord du Queensland au vu du nombre de panneaux indicateurs : WARNING CASSOWARY, SLOW DOWN tout les 200 mètres mais tout de même, cela reste un réel privilège car la population est sérieusement restreinte et quant on voit ce gros engin, on se demande comment l’on peut le rater sérieusement. Ensuite, accrochez-vous, j’ai pu observer pendant une heure…. Un ornithorynque sauvage! Dans une fin d’après midi, le long d’une toute petite creek très calme à l’eau glaciale sur les hauteurs des collines Queenslandaise, un petit individu nous a fait un vrai spectacle! Nous avons partagé ce moment avec un couple de Canadien, aussi impressionné et fasciné que nous. Quel autre rêve pour un biologiste de rencontrer l’animal le plus original du monde hein? C’était comme rencontrer « Stitch » en personne, juste génial.

IMG_0920
Echidna (Tachyglossus aculeatus) autre rencontre parfaitement incongrue. Magnetic Island (credit photo: Iphone Hugues T)

Enfin, je n’ai pas dit non lors de ma plongée aux côtés d’une Tortue marine, au milieux de la grande barrière de corail, ou lorsque le dauphin (oui je n’en ai vu qu’un sauter quelle misère!) a fait une pirouette à droite de notre ferry. J’en passe, j’en passe mais il est vrai que je suis encore une gamine car les vrais naturalistes s’émerveillent devant une feuille en décomposition malade qui plus est, et j’en fait totalement partie, ce n’ai absolument pas simplement ces découvertes qui me font dire que mon voyage à été réussi mais plutôt toute la biodiversité si diverse de cette partie de l’Australie, que je conseille à tous de visiter, spécialement la grande barrière de coraux, profiter de cette beauté pour ensuite partager au plus vite son état d’urgence. Mais quand même, j’avais le droit de frimer sur des rêves de gosse que j’ai pu réaliser, parce que merde, la récompense d’avoir un BAC+4 elle est là!

En parlant d’études, je ferais mieux de préparer ma présentation orale qui a lieu dans 5 jours et que je n’ai pas préparé au lieu d’écrire ma vie sur wordpress.

Au boulot matelot !

Et bonnes vacances chers français, européen et tous ceux qui auront la chance de me lire et de me comprendre aux confins du monde, je vous salue. Vive les réseaux sociaux.

20170807_101737
C’est de cette merveilleuse ville pleine de Backpackers que je quitte le Queensland, Cairns, direction Sydney puis la France!

Cheers.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Long wait in the airport, bilan du voyage »

    1. Oui je sais je suis réellement chanceuse et je te souhaite d’en voir, je connais maintenant les meilleurs spots où il y a 90% de chance d’en croiser un si ça t’intéresse. Pas d’inquiétude je dois écrire le récit de tout ce riche road trip, et puis que je sache, les reptiles ne sont pas tous éteins et j’ai toujours mon Backpack alors pourquoi s’arrêter ?

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s