Galerie

Croa-margue, ou le pays de la boue

De retour avec une belle histoire où j’ai encore la chance d’en être le personnage principal. Je termine mes études par un beau bouquet final : une totale immersion en Camargue pendant 6 mois. Quand je dis total, c’est y dormir, y manger y rester, chopper un virus et tout le touti quanti mes amis. Le rêve. Une chose me pince le coeur tout de m^me : l’au-revoir avec les personnes merveilleuses de ma classe a été compliqué… Je pense à eux à chaque fois que je vois une brindille ! C’est justement ça la magie des rencontres et j’espère pouvoir garder contact pour de vrai avec eux. Notre dernière semaine a été mouvementée (enfin pas physiquement, quoi que notre estomac a bien galéré).

neigevigan

J’ai viré dans le camp des petites choses visqueuses, qui sont en général moins appréciées que les reptiles mais que je trouve tout aussi mignonne personnellement : les amphibiens!!! Je vais travailler sur le Crapaud calamite (Epidalea calamita, ou la calamité ambulante hihi on va bien s’entendre). Il est présent dans les mares temporaires, qui sont des milieux particuliers peut étudiés dans le temps. Pourtant avec le changement climatique (et oui encore lui) ils régressent de plus en plus. Je suis tout excitée et à peine arrivée que les personnes ici m’ont amené sur le terrain de jeux, et j’ai fait une coche ! Le Pélobate cultripède (Pelobates cultripes). N’est-elle pas à croquée cette madame qui rejoins la mare afin qu’un male la trouve? (ça devient un peu glauque mais passons).

Ici, les ornithologues sont rois! Ils sont vraiment partout ceux là, mais au fond ils sont tendre comme du chocolat de Pâques fait maison. Tout est fait pour l’observation de ces derniers : des observatoires géants, des longues vues, des livres, des nichoirs…

Mes premières balades furent géniales, je me sentais à la maison. Je renie l’histoire normalement (juste parce que je suis une quiche pour retenir des dates ou des mouvements)  mais j’admets que l’histoire Camarguaise est plutôt magique. Les espaces naturels (parc naturel régional de la Camargue, réserve naturelle régionale) en sont fières et l’identité du territoire y est très forte. Ce qui est drôle c’est de voir que l’endroit attire également beaucoup d’internationaux avec qui je peux parler anglais, ce qui me manquais énormément.

J’attends les beaux jours avec impatience et je sens que je vais pouvoir vous pondre plein de petits articles.

J’espère que l’hiver n’a pas été rude pour vous, mais je pense que cette année est propice à une faune et une flore qui va exploser ses couleurs et sa vie au printemps prochain… Patience!

Arrivederci, on finis avec un beau panorama des Salins de giraud (toute mon enfance ce sel) 

salindegiraud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s